Voici donc mes petons qui reviennent après une absence un peu longue...La vie ayant encore méchamment bousculé ma petite famille, il a fallu s'occuper de tout ça mais le calme après la tempête étant, pour ma part, propice à l'écriture, me revoici me revoilà en direct live.

affiche_Petite_maison_dans_la_prairie_1974_1

Avec ce titre, c'est l'ex-urbaine qui vous parle. CAr oui, ces derniers jours me le confirment, je suis atteinte du syndrôme petite maison dans la prairie.
Pourquoi? et bien parce que.

  • PArce que nous avons élu domicile au milieu des vaches, des champs, et que notre "village" compte.... 361 âmes (362 maintenant avec babylove). Résultat, quand les potes de PAris sont venus pour le mariage de MissPetitsPieds et Mr le Roux, on a cru qu'ils n'arriveraient jamais, même les GPS en perdaient leur Nord...
  • Parce que MissPetitsPieds, après l'achat de la dite demeure des champs, a décidé de faire un potager, avec sous le coude LA bible d'Alain BAraton, rateau, binette et tuteurs dans l'autre main. Bon, ok, c'est plutôt l'épouxroux qui s'y est collé à l'entretien, mais l'été dernier, j'avais l'excuse du bigbidou...
  • Parce qu'on fait des feux de cheminée du tonnerre de Dieu (là encore c'est l'épouxroux qui fait.. comment ça je suis pas douée, comment ça?) et que MissPetits Pieds et sa smala (chat compris) lisent et somnolent au coin du feu
  • Parce que MissPetitsPieds, prise d'une soudaine inspiration, impulsée sûrement par les hormones en folie de la grossesse, s'est mise à la couture,
  • Et parce qu'il y a quelques jours, le verdict est tombé : je suis eue, complètement eue, je suis une vraie Laura Ingalls : j'ai attrapé le virus du tricot. OUi oui, alors je suis dessus, demi rang par demi rang (bernique+flemardise aigüe obligent...). Je vous montrerai ça d'ici peu.

Où sont donc passés les petons qui arpentaient les rues de MAdrid et de PAris pour trouver la robe et les B.O. assorties? Où sont donc les petons qui se tortillaient de plaisir au théatre et au cinoche?
Où sont donc les petons qui chopaient des crampes à arpenter les expos de peintures, photos et j'en passe... ? Ils n'ont pas grandi, mais ils ont fait un grand saut, ou plutôt plusieurs sauts ces dernières années, comme quand on joue à la marelle

marelle

et voilà que le monde pourrait s'écrouler... du moment que j'ai mes deux hommes. C'est fou ce que ça vous remet les priorités dans l'ordre le grand air de la campagne...!

Je clos donc ce chapitre hautement introspectif et vous fais grâce des suites larmoyantes pour vous souhaiter une bonne soirée!