Je n'ai jamais été (et je ne serai probablement jamais) ce que l'on pourrait appeler une "fée du logis" ou une femme d'intérieur très concernée par la dernière technique anti-tache révolutionnaire. Elevée dans l'esprit " à la maison c'est 50/50", j'ai heureusement trouvé chaussure à mon pied en la personne de l'épouxroux. Je n'irai pas jusqu'à dire que la répartition se fait toujours sans heurts, d'un côté comme de l'autre, mais globalement nous sommes les dignes héritiers d'Elisabeth Badinter et consoeurs.

Tout cela pour dire que l'épouxroux me regardait au début d'un oeil plus qu'amusé voire sceptique me lancer dans la couture alors que j'enflais comme une outre les derniers mois avant que le poulet voit le jour. Trois ans et quelques plus tard, il admet volontiers que ce n'était pas une lubie.

Par contre, mes échecs répétés d'apprentissage du tricot où la patience et la concentration sur la durée sont deux qualités indispensables ne l'ont pas étonnés plus que ça. Et puis de mon côté, j'ai décidé que 2 aiguilles c'était bien trop, il doit me manquer une connection entre les 2 lobes du cerveau (je vous entends penser, il me manque aussi peut être quelques cases mais c'est un autre débat).

Quelle ne fut donc pas sa surprise de me voir m'attaquer au crochet. Voui voui. Tout ces travaux très manuels avaient toujours eu dans mon esprit une connotation très "femme d'intérieur/bonne épouse/mère au foyer/fée du logis qui fait tout elle même". OUi tout ça. Et je ne me reconnaissais que très peu a priori dans tout cela. Mais après avoir passé des heures sur le net à visiter moults blogs fort bien écrits, et relatant des expériences des travaux manuels pré-cités, je me suis dit "why not". Et force est de constater que cet exercice des mains me convient fort bien et m'a servi de nombreuses fois d'exutoire, et me change aussi de mon travail (le vrai, celui qui me fait manger, paye le prêt de la maison... et me permet de faire des craquages, trop nombreux, sur ventes priv*es et autres lieux de débauche).

Il y a donc une petite année, je me suis fait comme cadeau de Noël un livre sur le crochet. Quelques visionnages de vidéos sur youtube plus tard, je maîtrisais globalement la technique.

Je m'étais alors lancée dans un grand ouvrage...

crochet 1

crochet 2

Puis un autre... qui n'a jamais abouti.

Ma patience étant légendaire, je m'en tiens depuis à de petits exercices ludiques... Les petits naperons péchus couleur corail sont un bon compromis, ils permettent à mes nombreuses tasses de poser leurs fesses sur un support douillet, et ne prennent pas plus d'une demi heure en temps de réalisation.

J'ai saisi le quart d'heure de lunmière à peu prêt potable de ce matin....

crochet

Je profite de ce billet pour me vanter de la réussite du gâteau présent sur la photo, dévoré hier en fort bonne compagnie.

La recette? sans oeuf sans gluten, adaptée de ce livre:

9782842213039

200g de farine de riz complet / 1 sachet de levure ss gluten / 80 g de sucre / 200g de compote de pommes / 120g de chocolat patissier fondu avec 40g de beurre demi-sel / 5cl d'huile d'olive. 40 min au four à 200°c, et c'est parfait. Quelques framboises (de saison!) une noisette de chantilly, et c'est nickel comme dirait le poulet.